Transformation

Misez sur la santé de l’entreprise

Les résultats de votre activité ne sont pas les seuls indicateurs de sa réussite. Découvrez comment évaluer en profondeur la santé de l’entreprise

Auteur : Claire Zulkey30 janvier 2019

À chaque début d’année, les bonnes résolutions sont légion. S’inscrire à la salle de sport, arrêter de boire de l’alcool ou tester le régime Weight Watchers. Pour les dirigeants et responsables, c’est la période idéale pour faire le diagnostic de leur entreprise et planifier l’amélioration de sa santé générale.

La santé de l’entreprise, tout comme la santé physique d’un individu, s’appuie sur des pratiques simples, mais dont la mise en place peut nécessiter un certain temps, surtout si elle a été négligée dans le passé. Une fois que vous l’aurez intégrée aux procédures d’exploitation standard de votre entreprise, vous vous y intéresserez spontanément et ne tarderez pas à constater des améliorations.

Sur quoi repose une entreprise en bonne santé ?

Les bénéfices et pertes d’une entreprise ne sont pas les deux seuls indicateurs de sa bonne santé. Comme le résume McKinsey & Company, la santé de l’entreprise repose sur sa capacité à :

  • s’aligner sur une vision, une stratégie et une culture clairement définies ;
  • exécuter des tâches de manière irréprochable et efficace ;
  • redéfinir les priorités de l’entreprise au fil du temps en s’adaptant aux tendances du marché et en restant à la pointe de l’innovation.

Un avantage compétitif notable et immédiat

Les performances d’un salarié en bonne santé et reposé, entouré d’une équipe solidaire, vont très certainement surpasser, à long terme, celles d’un salarié fatigué ou malade mais déterminé à ne pas céder sa place. Il en est de même pour les entreprises.

Suite à une enquête, McKinsey a révélé que le montant total des retours sur investissement générés par les entreprises en bonne santé pour le compte d’actionnaires avait triplé par rapport à celui d’entreprises en mauvaise santé. Par ailleurs, les entreprises ayant mis en place des initiatives pour améliorer leur santé générale ont constaté une amélioration de leurs performances, ainsi qu’une augmentation de leurs bénéfices et retours sur investissement en à peine 6 mois.

Consacrez-vous dès maintenant à l’examen et l’amélioration de la santé de votre entreprise avant de vous retrouver acculé.

De quoi a-t-elle besoin pour être en bonne santé ?

Patrick Lencioni, spécialiste des entreprises et auteur du livre intitulé The Advantage: Why Organizational Health Trumps Everything Else in Business (Avantage : Pourquoi la santé de l’entreprise est prioritaire), a établi une liste de points communs que partagent les entreprises en bonne santé :

1. Une direction cohérente : les entreprises en bonne santé doivent disposer d’une équipe solide et unie, dont chaque membre s’engage personnellement à atteindre un objectif commun.

2. Des dirigeants qui définissent une ligne directrice claire : les entreprises en très bonne santé sont parfaitement alignées, que ce soit au niveau de leurs instances dirigeantes, de leurs responsables de services et de l’ensemble de leurs équipes.

3. Un objectif clairement défini et cohérent : dans les entreprises en bonne santé, les dirigeants n’ont de cesse de répéter à leurs équipes les objectifs essentiels et ultimes qu’elles doivent continuer à viser, même une fois atteints.

4. Un contrôle de la transparence à chaque étape : une entreprise en bonne santé dispose d’un système qui contrôle la transparence de chaque méthode utilisée en interne, du recrutement au licenciement, en passant par l’évaluation, la reconnaissance et la remise de récompenses.

 

Des modèles d’entreprises en bonne santé qui ne connaissent pas la crise

Les termes « culture » et « transparence » sont assez vagues, surtout pour les responsables qui doivent gérer un éventail de priorités, quel que soit le jour, la semaine ou le trimestre concerné(e). Oublions les données pour nous intéresser à quelques exemples d’entreprises en bonne santé et aux méthodes qu’utilisent leurs dirigeants pour y parvenir :

Salesforce : en 2016, le site de recherche d’emploi Indeed.com a salué la « culture d’entreprise exceptionnelle » de Salesforce, qui priorise clairement l’alignement de l’entreprise aux retours des collaborateurs. Comme l’explique le service commercial de Salesforce : « Le meilleur moyen de maintenir cette symbiose est d’engager un dialogue actif et permanent avec nos salariés qui nous font part du type d’expérience qu’ils recherchent dans leur travail. »

Acceleration Partners : plébiscitée par le magazine Entrepreneur pour sa culture d’entreprise en 2017 alors qu’elle n’était qu’une petite entreprise, mais aussi en 2018 lorsqu’elle est devenue une PME, Acceleration Partners, société marketing du Massachusetts, a placé sa culture d’entreprise au cœur de son développement, en utilisant notamment des outils adaptés pour préserver l’engagement de ses salariés. Robert Glazer, son fondateur, ne tarit pas d’éloges sur les nombreux avantages du canal Slack #WhatMadeYourWeek (Temps forts de la semaine) : « Il n’a pas été imposé par la hiérarchie, mais suggéré par l’un de nos salariés », ce qui démontre que tous les niveaux de la hiérarchie ont un rôle à jouer dans la santé de l’entreprise.

Zappos : le site de vente de chaussures a été félicité dans la sphère professionnelle pour son engagement en faveur d’une culture d’entreprise clairement définie et sa conviction que des collaborateurs heureux font des clients heureux. La société Zappos s’est fondamentalement accrochée à ce principe pendant son développement. « Au fur et à mesure du développement de notre activité, nous savions que notre avenir reposait sur la préservation de notre culture d’entreprise », confie Jamie Naughton, directrice du personnel, au magazine Forbes. « Pour garantir une qualité de service irréprochable à nos clients, nous savions que nous devions fournir le même niveau de service à nos salariés, mais aussi à nos fournisseurs. » Par exemple, tous les collaborateurs, quels que soient leurs postes et services, doivent obligatoirement participer à une formation au centre d’appels afin d’identifier clairement les besoins et souhaits des clients, mais aussi d’entretenir un sentiment d’empathie vis-à-vis des clients et collègues de ce service. Jamie Naughton mentionne un autre avantage : lorsque les développeurs suivent cette formation, ils identifient alors les améliorations à apporter aux systèmes et outils utilisés dans les centres d’appels, ce qui n’aurait pas été possible s’ils étaient restés dans leur propre service.

La santé de l’entreprise, la préoccupation centrale des structures en plein essor

Lorsqu’une entreprise connaît une ascension fulgurante, il peut être tentant de négliger sa santé au profit d’indicateurs tels que les bénéfices et les pertes, par exemple. Mais des données collectées par McKinsey révèlent que la bonne santé de l’entreprise apporte un avantage compétitif : préférez-vous développer une structure saine et avoir une longueur d’avance dès aujourd’hui ou essayer de vous rattraper plus tard ?

Au moment de songer à investir dans des solutions pour veiller au bien-être de leurs salariés, les dirigeants d’entreprises en plein essor doivent éviter tout achat inutile, tel qu’un baby-foot ou des croissants, dont l’attrait ne sera qu’éphémère. Ils doivent plutôt trouver des méthodes pour prioriser d’entrée de jeu la communication et la transparence. Ils peuvent développer la santé de l’entreprise en l’intégrant dans les indicateurs de réussite à côté d’autres mesures, telles que les bénéfices, la croissance et la satisfaction des salariés, mais aussi l’intégrer dans des rapports de performances mensuels et trimestriels.

Chris Gagnon et ses collaborateurs chez McKinsey suggèrent également la mise en place d’avantages financiers pour améliorer les performances des équipes, ainsi que la création d’une équipe spécialisée dans la santé de l’entreprise dont la mission sera de veiller aux bons comportements en interne.

Pour finir, les structures en plein essor peuvent intégrer la santé de l’entreprise à leur culture, qui va ainsi devenir la responsabilité de chaque salarié, quel que soit son niveau hiérarchique. Tout comme notre propre équipe Succès client ici chez Slack, qui mobilise un « réseau d’experts » composé de leaders d’opinion et d’influenceurs, désignez ces membres d’équipe pour qu’ils montrent l’exemple dans toute votre entreprise, sensibilisent aux valeurs d’une entreprise en bonne santé et rapportent les commentaires positifs et négatifs des collaborateurs. Lorsque les instances dirigeantes font preuve de transparence, sans toutefois limiter les bonnes idées et les opportunités de leadership aux postes de direction, les entreprises en plein essor peuvent d’entrée de jeu veiller durablement à leur bonne santé.

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Actualités

Les politiques strictes de retour au bureau dégradent les indicateurs de l’expérience collaborateur

Les données du Future Forum montrent que les indicateurs de l’expérience collaborateur chutent avec la mise en place des politiques de « retour au bureau », en particulier pour ceux qui ne bénéficient pas de flexibilité dans leurs horaires.

Collaboration

6 simple ways to foster a positive hybrid work environment

As hybrid workplaces become the norm, maintaining employee satisfaction and a positive culture is more important than ever.

Transformation

Comment éviter d’avoir des clients mécontents

Tenez vos engagements et améliorez votre service client en suivant ces trois conseils.

Actualités

Cadres et non-cadres : le grand décalage

Une nouvelle étude du Future Forum Pulse révèle que la perception de la vie de bureau n’est pas la même chez les dirigeants