Distance learning
Collaboration

Slack pour l’enseignement : quand l’outil collaboratif est au service des apprentissages

Slack est un outil collaboratif particulièrement adapté à l’enseignement supérieur pour travailler et communiquer entre enseignants et étudiants.

Auteur : Slack30 avril 2021Illustration par Justina Leisyte

De nombreux établissements de l’enseignement secondaire et supérieur ont fait le choix de Slack, qui s’impose aujourd’hui comme un vrai outil au service de la pédagogie. En tout, ce sont plus de 3 000 établissements d’enseignement supérieur à travers le monde s’appuient aujourd’hui sur Slack pour assurer la continuité des cours et des activités en ligne. Cela représente environ 1,2 million d’utilisateurs. 


Tout comme le travail en entreprise, le monde de l’enseignement n’a jamais été aussi bouleversé que durant l’année 2020. Au même titre que les méthodes de travail, l’enseignement à dû revoir ses modes de transmission et s’adapter rapidement au contexte sanitaire. Si l’enseignement à distance n’est pas un sujet nouveau, celui du maintien de la motivation, dans un contexte parfois entièrement à distance depuis des mois, est sur le devant de la scène. D’où la nécessité d’utiliser les bons outils, pour que l’apprentissage reste qualitatif et que la relation entre enseignants et étudiants ne soit pas dégradée. En effet, la notion de transmission est essentielle dans l’enseignement. Tout ce qui fait l’essence d’un cours où les étudiants peuvent participer doit être préservé.

 

Outil collaboratif par excellence, Slack peut être utilisé comme plateforme centrale de communication par les enseignants pour travailler et communiquer avec les étudiants. Si rien ne peut se substituer à la pédagogie et à l’attitude d’ouverture d’un professeur vis-à-vis de ses élèves, Slack accompagne au mieux cette interaction, par le biais de sa plateforme collaborative qui favorise des apprentissages dynamiques et des interactions consistantes.

Le travail collaboratif : une condition du succès de la réussite étudiante 


La vie étudiante est, par nature, un moment de travail collaboratif. À mi-chemin entre les apprentissages individuels et l’entrée dans le monde du travail, beaucoup de travaux se font en groupe et nécessitent d’avoir une bonne cohésion d’équipe pour avancer.

Habitués à utiliser des outils collaboratifs au quotidien dans leur vie privée, les étudiants ne manquent pas de ressources et d’imagination pour se débrouiller et créer des groupes de discussion. Aux boucles de mails ont succédé les groupes privés Facebook et les conversations WhatsApp.

 

Avec le confinement, cette dimension collaborative est encore plus essentielle. Dans une interview accordée à Télérama en février 2021, le sociologue Laurent Tessier explique : « Ce qui leur rend les cours en visio plus supportables, c’est le travail de groupe. (…) Ce dont les étudiants ont besoin, c’est de créer de vraies relations. D’où l’intérêt de mettre en place du travail collaboratif, qui par ailleurs leur sera aussi utile plus tard ». 

 

Une chose est sûre, depuis le printemps 2020, les enseignants sont maintenant mieux armés pour adapter leurs enseignements. Les cours à distance ne sont plus une exception, mais l’enseignement doit se renouveler en permanence pour capter l’attention et maintenir l’implication, surtout dans une période où la morosité et le décrochage peuvent vite prendre le dessus. 

Slack permet d’instaurer la continuité pédagogique

 

Slack permet aux enseignants et aux étudiants de continuer à travailler ensemble en conservant des interactions dynamiques, en favorisant des échanges de proximité pour maintenir une cohésion d’équipe au sein d’un groupe d’étudiants. La plateforme collaborative permet aux étudiants de rester impliqués lorsque les cours s’effectuent à distance.

 

Dans cet article, Slack donne des clés de démarrage afin de créer pas à pas un espace de travail collaboratif pour tous les étudiants.

Banner Slack workspace

 

Slack permet de créer des communautés numérique d’apprentissage. Un professeur réunit son groupe d’étudiants sur Slack par le biais de canaux dédiés : 

  • en créant un canal général pour tous, pour échanger au quotidien ; 
  • un autre canal réservé aux cours et aux contenus pédagogiques ; 
  • mais aussi, en répartissant les groupes de travail sur différents canaux pour leur offrir un environnement de travail collaboratif dédié. Sans interférer dans les canaux qu’il peut mettre à la disposition des élèves, le professeur a toutefois la possibilité d’y être « tagué » en cas de questions des étudiants, et en garde l’encadrement.


Slack est donc à la fois un lieu d’échange central pour les étudiants, pour suivre les cours dispensés mais aussi pour travailler en équipe, échanger des documents, avancer sur un projet de groupe… Et aussi, continuer à se soutenir mutuellement dans leur apprentissage et de contribuer à la dynamique du groupe. 

Communiquer, travailler, échanger 

 

Lieu d’échanges et d’interactions, Slack permet aux enseignants de répondre plus spontanément aux messages des étudiants, et tout le monde profite de la réponse apportée.

 

La fonctionnalité « messagerie privée» est également disponible en cas d’échange sur un point précis avec l’enseignant. Et bien sûr les emojis / réacjis permettent aussi plus de spontanéité, instaurent un peu de complicité avec les professeurs, qui ont besoin de conserver un esprit de partage et de s’assurer que l’interaction est toujours bien présente. 

 

Slack permet en effet de diffuser des messages mais aussi d’avoir un retour des étudiants, de pouvoir relancer régulièrement les conversations et de les questionner pour être sûr que tout le monde ait le même niveau d’information.

 

Parmi les universités qui ont déjà mis en place Slack comme outil collaboratif pour échanger avec leurs étudiants, les enseignants soulignent la réciprocité permise par l’outil. Cette réciprocité et la spontanéité des échanges, peuvent même créer des interactions de qualité qui n’auraient pas eu lieu dans une salle de cours. 

 

Comme l’explique un enseignant dans cet article, « l’utilisation de Slack nous a permis de répondre beaucoup plus facilement aux demandes des étudiants et quiconque était en ligne à ce moment pouvait répondre à la question – ou la transmettre à quelqu’un. » 

 

Loin de simplement permettre une information descendante comme sur une plateforme de dépôt de cours, pour donner du travail aux étudiants ou les informer sur l’emploi du temps, Slack va au-delà et suscite un réel échange au sein des canaux partagés entre étudiants et professeurs. 

 

ESD Paris post

 

Les canaux Slack remplacent l’utilisation de la communication par e-mail avec les enseignants. Une utilisation hybride est tout à fait possible : des mails généraux venant de l’université, et des canaux Slack pour une utilisation plus opérationnelle. Mais les canaux surpassent les e-mails car ils permettent de dialoguer, de s’impliquer vraiment dans les interactions liées aux apprentissages.

 

Slack, un environnement dynamique où l’étudiant est actif

 

Dans le livre Teaching for Quality Learning at University de John Biggs et Catherine Tang, les auteurs distinguent un modèle d’enseignement centré sur l’enseignant (c’est-à-dire que ce que les étudiants apprennent est défini par ce que font les enseignants) et un modèle d’enseignement centré sur l’étudiant (ici, ce qu’il apprend est défini par ce qu’il fait lui-même.) Or, comme le souligne John Biggs, « l’apprentissage est construit par les activités que les élèves réalisent; l’apprentissage concerne ce qu’ils font et non ce que nous, les enseignants, faisons.»

 

Il s’agit donc de rendre l’étudiant acteur de son apprentissage. Slack permet de mettre en pratique un enseignement centré sur l’étudiant. Son utilisation donne aux étudiants la possibilité d’être actifs et de collaborer dans un environnement de travail collaboratif, piloté par un professeur, mais qui leur laisse une grande autonomie et la faculté de co construire leur apprentissage. 

 

Sur tice-education, un portail de ressources autour de l’Éducation numérique créé par une équipe d’enseignants, Slack est présenté également comme une bonne solution, « en cas de dysfonctionnement des plateformes de classes virtuelles ». Et Eduscol, le site Web officiel français d’information et d’accompagnement des professionnels de l’éducation, a créé un tutoriel destiné à son audience qui explique comment bien utiliser Slack.  

 

Mathias Elmose, digital learning designer concepteur d’apprentissage numérique explique dans cet article que Slack a tout pour être un environnement numérique d’apprentissage : « Slack est un environnement actif par défaut. ». En effet, l’outil nécessite un comportement actif de l’étudiant. En ce sens, il a tout le potentiel pour être un environnement d’apprentissage à distance à part entière : « Slack est une discussion. C’est la collaboration. C’est vraiment ce à quoi devrait ressembler un Learning Management System pour soutenir l’apprentissage. »

 

La fiabilité de l’outil collaboratif et la façon de l’utiliser et d’en exploiter tout son potentiel sont en effet déterminants dans la continuité des apprentissages à distance.

 

Une base de connaissances consultable à tout instant 

 

Au-delà de toutes les interactions permises par l’outil collaboratif, Slack abrite une véritable base de connaissances qui permet à chacun de retrouver toutes les ressources de cours dispensés.


Les canaux peuvent être utilisés aussi bien pour des cours, des conférences et des discussions synchrones que pour une communication asynchrone. En effet, Slack est également un très bon outil asynchrone, c’est l’un de ses grands atouts lorsqu’il s’agit pour utilisateur d’être à jour en terme de contenu et d’informations. 

 

Par exemple, un professeur peut poster la vidéo enregistrée d’un cours auquel tous les étudiants n’auraient pas pu accéder : le cours est alors tout le temps accessible dans le canal.

 

Si les fonctionnalités générales de Slack sont suffisantes pour assurer une relation et les professeurs de qualité en parallèle du pur contenu du cours, Slack propose également à certains établissements une remise pour l’enseignement.

 

Déployer Slack à grande échelle dans tout l’environnement étudiant 

 

Certaines universités ont déployé Slack dans l’entièreté de leur campus : l’Université d’État de l’Oregon, Yale, l’Université de New York, l’Université de Californie du Sud et U.C. Berkeley, ont transféré leurs activités pédagogiques quotidiennes vers Slack, afin de minimiser les perturbations pour les étudiants et les professeurs pendant le confinement (mais également, leurs activités académiques).

Pour saluer les initiatives déployées en 2020, au plus fort de la crise sanitaire, Slack a décerné Le Prix Slack de l’enseignement à deux établissements d’enseignement :

  • l’université d’État de l’Arizona, où Slack est utilisé sur 5 campus et par plus de 200 000 personnes dont des étudiants, des professeurs et des employés. Slack est utilisé à la fois dans le campus et pour les échanges à distance, et compte 5 664 espaces de cours actifs. 
  • La N High School, une école en ligne au Japon, qui utilise Slack pour innover dans le domaine de l’apprentissage en ligne et pour être au service de sa communauté étudiante depuis 2016.

 

L’institut royal de technologie de Melbourne (RMIT) a également adopté Slack, pour reproduire les interactions d’apprentissage spontanées qui ont lieu dans de véritables salles de classe. Mais aussi, pour favoriser l’enseignement de compétences très concrètes, au travers d’un outil collaboratif que les étudiants utiliseront à terme dans leur vie professionnelle. De plus, l’intégration dans Slack dès le début du cursus permet aux étudiants de mieux s’intégrer : après avoir reçu un e-mail de bienvenue qui les invite à rejoindre Slack, il sont ajoutés à plusieurs canaux, ce qui leur permet de lier connaissance avec les autres étudiants. 

 

En France, ce sont tous les campus de l’Université Gustave Eiffel qui sont connectés à une grande palette d’outils collaboratifs, dont Slack. Slack est aussi partenaire de l’ISG, qui bénéficie d’un large réseau de 160 universités partenaires dans 56 pays.

 


Quelques outils à associer à Slack pour fluidifier les apprentissages 

Un des grands atouts de Slack est que la plateforme permet d’intégrer de nombreuses applications. Ainsi, au quotidien, enseignants et étudiants peuvent utiliser certains outils directement depuis la plateforme collaborative pour travailler plus efficacement et mieux organiser les contenus.  

 

Icône de l'application
Installer
  • Il est possible d’associer Slack avec Zoom : Zoom peut être lancé directement depuis Slack pour retrouver tous ses étudiants en visioconférence.
Remarque : certaines intégrations sont disponibles en anglais uniquement

 

Icône de l'application
Installer
  • Evernote, est parfait pour organiser ses notes à l’infini, de manière intelligente et contribue à nourrir la base de connaissances à disposition de l’étudiant.
Remarque : certaines intégrations sont disponibles en anglais uniquement

 

Icône de l'application
Installer
  • Dropbox permet aux professeurs de partager des documents de cours, mais également aux élèves d’y déposer leurs travaux
Remarque : certaines intégrations sont disponibles en anglais uniquement

 

Icône de l'application
Installer
  • Une application de sondage comme Polly peut être utilisée pour lancer des sondages en direct pendant un cours ou une fois le cours terminé.
Remarque : certaines intégrations sont disponibles en anglais uniquement

 

En fin, pour vérifier si les notions sont bien acquises pendant un cours, le professeur peut utiliser des applications comme Quick Quiz, qui permet non seulement d’interroger les élèves mais également d’avoir des données qualitatives autour des réponses données. En effet, Quick Quiz permet de créer des quiz avec les fonctionnalités suivantes : définir un pourcentage de réussite/échec, fixer des dates d’échéance de réponse, voir les résultats des questions individuelles…

 

 

Les enseignants peuvent également utiliser un générateur de flux de travail Slack, un outil très visuel qui permet d’automatiser certaines tâches, en créant par exemple un formulaire pour regrouper les questions générales des étudiants ou lancer une session de questions/réponses pendant un cours.

create a form

Alliant à la fois la convivialité d’un réseau social et une grande capacité de travail avec son interface qui centralise de nombreuses fonctionnalités, Slack peut être adopté rapidement, par tous. Avec cet outil collaboratif, la teneur d’un dialogue riche entre enseignants et étudiants peut être maintenue et entretenue. Slack permet également une approche immersive du travail collaboratif tel qu’il est pratiqué en entreprise pour les étudiants, futurs jeunes acteurs du monde économique.

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Collaboration

Renforcez la collaboration dans un environnement de travail hybride grâce à Slack

À l’ère du numérique, l’engagement de l’équipe joue un rôle plus essentiel que jamais. Voici trois manières de renforcer la collaboration avec Slack.

Transformation

Bien-être au travail : le grand défi d’une digitalisation

La digitalisation des entreprises ne doit pas faire l’impasse sur le bien-être des salariés. Quelques bonnes pratiques selon Slack.

Collaboration

Cohésion d’équipe : quelques exemples à suivre

Collaboration

5 conseils pour optimiser le travail d’équipe