Productivité

Favoriser la concentration au travail avec Nir Eyal

Quatre points-clés de l’auteur de best-seller sur la concentration au travail et comment créer une culture d’entreprise qui la favorise

Auteur : Hairol Ma6 janvier 2020Illustration par Patrick Leger

Le manque de concentration au travail est un problème bien plus important que ce que l’on dit. Selon une étude d’Udemy, une plateforme de formation en ligne, près de 3 salariés sur 4 déclarent être distraits pendant leur travail, et 16 % déclarent l’être constamment.

Si les distractions sur le lieu de travail sont légion au niveau individuel, qu’elles soient dues à un collègue trop bavard ou à une énième notification, elles ont également des répercussions sur les équipes. Entre les réunions qui s’éternisent et les mails soi-disant urgents, difficile de ne pas s’écarter de son vrai travail. Mais le manque de concentration nous coûte bien plus que du temps : une étude de l’université d’État du Michigan a démontré que toutes ces interruptions, aussi brèves soient-elles, pouvaient multiplier par deux notre taux d’erreur.

Nous vivons dans un monde où il est difficile de se concentrer : avalanches d’e-mails, bureaux en open space… Est-il possible, sachant cela, de créer un espace de travail sans distractions ? L’auteur de best-sellers Nir Eyal affirme que oui dans son dernier ouvrage, Indistractable: How to Control Your Attention and Choose Your Life. Il définit le néologisme « indistractable », que l’on pourrait traduire par « indéconcentrable », comme le fait de « faire ce que l’on dit souhaiter faire de son temps ».

Nous avons discuté avec M. Eyal des raisons pour lesquelles la capacité de concentration est la « compétence du siècle » et des points qui lui semblent essentiels pour conserver des équipes concentrées.

1. Être concentré est une compétence essentielle pour faire ce que l’on souhaite faire de sa vie

Nir Eyal : Être concentré est vraiment la compétence du siècle. En effet, si le problème du manque de concentration n’est pas nouveau, je pense que de nos jours, si l’on cherche des sources de distraction, il est bien plus simple d’en trouver.

Ce problème va s’aggraver à cause de l’omniprésence des technologies et de leur pouvoir d’influence. La faculté de concentration est une compétence majeure et l’acquérir vous aide à réussir ce que vous entreprenez dans la vie.

2. Bien souvent, les distractions sont davantage un problème culturel que technique

NE : On attribue volontiers le problème aux technologies. Or, il ne découle pas tant des technologies que de l’environnement. C’est avec de mauvaises habitudes sur le lieu de travail que les technologies deviennent une source de distraction.

Il n’y a pas de corrélation entre technologie et manque de concentration. En revanche, il y a un lien entre une mauvaise culture d’entreprise et le manque de concentration de ses collaborateurs. Si à chaque réunion, tous les collaborateurs sont sur leurs ordinateurs portables et les membres de la direction sur leurs téléphones, le message est clair pour tout le monde : le plus important est de rester connecté en permanence.

Nous sommes devenus esclaves de l’urgent au détriment de l’important. Néanmoins, la faute n’incombe pas à la technologie, mais à la culture d’entreprise.

Si votre chef vous appelle un vendredi à 6 h du matin pour vous dire « Bonjour, j’ai besoin de vous », est-ce de la faute du téléphone ? Non, c’est de la faute de votre chef.

3. Commencez par vous-même

NE : Le mieux à faire si l’on souhaite transformer son entreprise est de travailler sur soi. C’est le meilleur moyen de montrer l’exemple à ses collègues. Si vos performances s’améliorent et si vous prenez davantage plaisir à faire votre travail, vos collaborateurs le remarqueront. Et naturellement, ils se demanderont ce qui a changé chez vous. La première chose à faire est donc de travailler sur vous-même et de voir quelles techniques fonctionnent ou pas sur vous.

4. Créer un environnement sûr pour parler des problèmes

NE : Plutôt que de lancer une initiative à l’échelle de l’entreprise, vous pouvez travailler en équipe et engager des conversations pour tenter de répondre à des questions comme « Comment régler le problème ? ».

Si les collaborateurs disposent de ce genre de cadre, où ils peuvent parler librement de leurs difficultés, le manque de concentration n’est plus aussi important. S’ils peuvent échanger sur les problèmes rencontrés et les solutions à mettre en place, ils savent que l’entreprise est ouverte à la critique et à l’écoute des retours d’expérience des collaborateurs pour s’améliorer.

Il peut s’agir d’un canal Slack. Il peut également s’agir d’un lieu physique. L’important, c’est que cet espace existe.

Engagez la discussion avec votre équipe : « J’ai lu le livre Indistractable, et j’ai mis en pratique ce qu’il explique. » Inutile de parler d’un changement ou d’un projet de grande ampleur. Vous pouvez présenter ça comme un club de lecture. Vous trouverez en quatrième de couverture une liste de questions que vous pouvez utiliser pour engager la discussion avec votre équipe.

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Actualités

Les politiques strictes de retour au bureau dégradent les indicateurs de l’expérience collaborateur

Les données du Future Forum montrent que les indicateurs de l’expérience collaborateur chutent avec la mise en place des politiques de « retour au bureau », en particulier pour ceux qui ne bénéficient pas de flexibilité dans leurs horaires.

Collaboration

6 simple ways to foster a positive hybrid work environment

As hybrid workplaces become the norm, maintaining employee satisfaction and a positive culture is more important than ever.

Transformation

Comment éviter d’avoir des clients mécontents

Tenez vos engagements et améliorez votre service client en suivant ces trois conseils.

Actualités

Cadres et non-cadres : le grand décalage

Une nouvelle étude du Future Forum Pulse révèle que la perception de la vie de bureau n’est pas la même chez les dirigeants