Une image représentant l’enquête sur les émojis de Slack
Collaboration

L’évolution des émojis dans le cadre professionnel

Nous avons interrogé 9 400 salariés qui travaillent en mode hybride à travers le monde pour analyser l’utilisation actuelle des émojis.

Par l’équipe Slack13 juillet 2022Illustration par Giacomo Bagnara

Y a-t-il des émojis qu’il est déplacé d’envoyer à votre supérieur ? Certains de vos collègues à l’international ont-ils déjà mal interprété l’émoji 💸 ? Attendez-vous d’avoir créé une relation avec un collègue avant de lui envoyer des émojis ?

L’Unicode standard propose 3 633 émojis, et tout autant de messages à communiquer (et à interpréter de la bonne manière... ou non). Nous avons souhaité en savoir plus sur la communication via les émojis dans le monde. Alors, pour fêter le World Emoji Day (la journée mondiale des émojis), nous nous sommes associés avec notre client Duolingo pour interroger 9 400 salariés qui travaillent en mode hybride en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Ces deux entreprises sont réputées pour leur travail sur le langage (apprentissage des langues et de la communication dans le cadre du travail). Pour cette raison, nous avons souhaité nous associer à elles pour fêter cette journée que nous adorons.

Les salariés estiment qu’un message sans émoji est incomplet

Les résultats ont clairement indiqué que les émojis ne sont pas simplement décoratifs. Il est intéressant de noter que les salariés en Inde, en Chine et aux États-Unis sont les plus susceptibles de trouver que les SMS ou les messages sans émojis sont incomplets, tout particulièrement par rapport au reste des participants (85 %, 74 % et 71 % respectivement, contre 58 % au niveau mondial). Ce nombre va sans doute augmenter, car les générations nées à l’air du numérique prennent de l’âge.

Nous avons également appris que 67 % des personnes interrogées se sentent plus proches et plus soudées dans une conversation lorsqu’elles envoient un message à une personne qui comprend l’émoji qu’elles utilisent.
Chez Slack, nous estimons que les émojis peuvent nous permettre d’exprimer de l’empathie. Par exemple, lorsque l’un des enfants de notre collègue tombe malade, ou que les informations nous donnent de mauvaises nouvelles, nous utilisons les émojis pour montrer notre sollicitude.

  • 💔

Au fil des ans, nous avons même repéré des utilisations originales, comme l’utilisation de 🦝 pour indiquer poliment qu’un certain message pourrait appartenir à un autre canal, plutôt que de dire à quelqu’un qu’il a fait une erreur.

« Chez Slack, nous adorons les émojis, » déclare Olivia Grace, directrice de gestion produit senior. « Ils nous permettent d’exprimer une large palette d’émotions de façon efficace, parfois même plus que par des mots. Nous continuons à travailler de manière hybride depuis nos QG numériques, et les émojis aident les personnes à se reconnaître, à clarifier leurs intentions et à ajouter un peu de fantaisie, de profondeur et de plaisir au travail. »

Les émojis personnalisés renforcent également la culture d’entreprise. Les salariés de Duolingo, répartis dans le monde entier, adorent utiliser les émojis. Il en existe plus de 1 000 personnalisés et propres à l’entreprise. Ils renforcent la culture joyeuse de l’entreprise et aident à forger des connexions dans les canaux d’intérêts partagés et les clubs internes. Par exemple, quelqu’un a créé un raccourci « dance party » qui génère une réponse automatique de tous les émojis dansants de Duolingo, qui se mettent alors à danser tous ensemble à chaque fois que l’occasion se présente.

Les émojis sont très utilisés dans le cadre professionnel, mais certains d’entre eux sont ambigus

À notre époque, les messages peuvent sembler incomplets sans émoji, mais tout le monde n’est pas d’accord sur leur signification. Environ 58 % des participants reconnaissent avoir été pris au dépourvu à cause d’émojis pouvant être interprétés de plusieurs manières.

Cela s’explique en partie par le fossé générationnel. Dans l’ensemble, les nouvelles générations ont plus souvent indiqué que le destinataire de leur message a interprété de manière incorrecte un émoji envoyé (31 % de la génération Z et 24 % de la génération Y). Les personnes interrogées sont plus susceptibles d’envoyer un émoji à une personne de leur âge ou plus jeune qu’elles, tandis que 28 % des personnes interrogées ne se soucient pas de l’âge dans leur utilisation des émojis.

Notre enquête révèle que les émojis suivants sont les plus susceptibles d’être interprétés de travers :

  • 💸 Cet émoji indique-t-il une rentrée ou une perte d’argent ? Le jury n’a pas encore délibéré : 28 % des participants pensent à une perte d’argent, tandis que 31 % pensent à une rentrée d’argent. Cela varie également selon le pays. Au Japon, 59 % des participants l’associent à une perte d’argent, et 7 % à une rentrée d’argent.
  • 🍑 Bien qu’il s’agisse d’un émoji utilisé pour flirter dans certains pays, 🍑 a été interprété littéralement par 71 % des personnes interrogées en Corée, tandis que 9 % seulement ont perçu son double sens. 56 % des Chinois utiliseraient l’émoji 🍆 pour parler du fruit.
  • 🙂 On l’utilise principalement pour indiquer que l’on se sent « joyeux » (38 %) ou « positif » (39 %). Cependant, de nombreuses personnes l’utilisent pour exprimer une « profonde exaspération et/ou de la méfiance » (14 %). Les participants à l’enquête en Amérique et à Singapour sont les plus nombreux à l’utiliser pour transmettre une « profonde exaspération » (20 % et 19 %). C’est l’inverse au Canada, en Corée et au Japon (8 %, 6 % et 5 % respectivement).

Ce qui est clair, c’est qu’un même émoji peut être interprété différemment selon les personnes, et que sa signification peut être plus subtile et contextuelle qu’on ne le pense.

Comme l’explique Hope Wilson, responsable de l’apprentissage et des cursus chez Duolingo, « avec la communication virtuelle, notamment les conversations professionnelles sur Slack, des personnes de différents pays et cultures, qui utilisent les émojis différemment, en ont besoin pour aider à transmettre des messages subtils en temps réel, dans des situations dont l’enjeu est important. Les problèmes de communication par émojis se produisent pour les mêmes raisons que tous les problèmes de langage. »

Pour les équipes dispersées, un émoji vaut mieux qu’un long message

Lorsqu’on accepte que les émojis fassent partie de notre langage professionnel, ils peuvent grandement contribuer à accroître l’efficacité en remplaçant les messages de suivi et en réduisant le bruit.

58 % des salariés interrogés ont déclaré que l’utilisation d’émojis au travail leur permet de communiquer plus de nuances en utilisant moins de mots, et, plus important encore, 54 % ont déclaré que l’utilisation d’émojis peut accélérer la communication au travail. Ce chiffre était encore plus élevé aux États-Unis : 69 % des participants américains déclarent que les émojis leur permettent d’exprimer plus de nuances, et 67 % qu’ils accélèrent la communication.

Plus d’un tiers des participants français, australiens et allemands (37 %, 36 % et 33 % respectivement) reconnaissent que leur entreprise possède son propre « langage » d’émoji pour sa communication interne. Ce sentiment est encore plus fort en Asie, avec 66 % des Indiens et 60 % des Chinois.

Chez Slack et Duolingo, les émojis font partie de nos flux de travail quotidiens. De nombreuses réactions émojis (ou réacjis, comme nous aimons les appeler chez Slack) remplacent les messages de suivis répétitifs. Par exemple, les équipes d’assistance s’en servent pour communiquer sur les tickets qui arrivent dans leurs canaux :

  • 👀 = « j’y jette un œil »
  • = « terminé »
  • 🙌 = « bien joué »
  • 👍 = « approuvé » ou « c’est fait »
  • les cercles (⚪️ blancs, 🔵 bleus ou 🔴 rouges) indiquent le degré d’urgence d’un ticket

Sur les canaux de demandes de fonctionnalités et de réflexion collective, nous exprimons notre accord ou notre soutien à l’aide du ➕.

Les émojis peuvent également faire office de métadonnées. Au début de la crise sanitaire, nous avons constaté une forte hausse dans l’utilisation des émojis ❤️ et des émojis similaires, car les collaborateurs de Slack affichaient leur soutien et leur solidarité dans ces temps difficiles, des sentiments sur lesquels il est parfois difficile de mettre des mots.

Les émojis sont omniprésents et utilisés de tellement de façons différentes, qu’il était logique qu’une journée leur soit consacrée. D’ailleurs, chez Slack, notre question préférée pour les nouvelles recrues, c’est « quel est votre émoji préféré ? » Et le vôtre ? Envoyez-le nous à @slackhq.

Méthodologie de l’enquête

Cette enquête aléatoire à double entrée auprès de 9 400 salariés qui travaillent en mode hybride, répartis équitablement entre les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, le Japon, la Chine, Singapour, l’Inde, l’Allemagne, la Corée du Sud et l’Australie, a été commandée par Duolingo et Slack entre le 15 et le 27 juin 2022.

Elle a été menée par la société d’études de marché OnePoll, dont les membres de l’équipe appartiennent à la Market Research Society et sont membres à titre collectif de l’American Association for Public Opinion Research (l’Association américaine pour l’étude de l’opinion publique) et de l’European Society for Opinion and Marketing Research (l’Association européenne pour les études d’opinion et de marketing).

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Actualités

Slack et l’Aspen Institute collaborent pour aider d’anciens détenus à faire carrière dans les technologies

Une nouvelle initiative, Rework Reentry, va permettre d’étendre Next Chapter à de nouvelles entreprises à travers les États-Unis

Actualités

Next Chapter intègre désormais 14 entreprises

PayPal, Asana et Stash deviennent partenaires recruteurs

Actualités

Le documentaire « Home/Free » met en lumière les obstacles à la réinsertion des anciens détenus

Slack, Next Chapter, le fondateur de FREEAMERICA John Legend et l’Equal Justice Initiative joignent leurs forces dans un nouveau documentaire choc

Actualités

Les Focus Fridays et Maker Weeks chez Slack

Pour les collaborateurs de Slack, ces nouveaux programmes offrent plus de temps pour se concentrer et plus de liberté que les horaires de bureau classiques