Collaboration

Le leadership émergent, ou comment diriger son équipe en la laissant décider

Les bienfaits de cette technique managériale sur les décisions prises en groupe

Auteur : Devon Maloney17 janvier 2020Illustration par Kelsey Wroten

Dans la série télévisée Grey’s Anatomy, un groupe d’internes à l’hôpital doit se charger d’un cas difficile sans la supervision d’un médecin confirmé pour les guider. Le but ? Révéler le leader naturel du groupe. Dans l’épisode, le gagnant de ce défi reçoit le titre de « Gunther ».

Dans une situation où la hiérarchie formelle n’existe pas, la prise de décisions est également nommée « leadership émergent ». C’est une qualité de plus en plus convoitée chez les salariés face au monde du travail en constante évolution.

Qu’est-ce que le leadership émergent ?

On parle de leadership émergent lorsqu’un membre du groupe prend les choses en main au fil des interactions avec ses pairs, alors qu’il n’a été ni désigné ni élu comme tel. Les membres de l’équipe se sentent ainsi à l’aise pour prendre des décisions en dehors d’une structure professionnelle classique. Par exemple, les nouveaux collaborateurs n’ont plus besoin d’attendre l’approbation des responsables pour faire un choix opérationnel, ce qui mène souvent à des goulots d’étranglement. Leurs collègues, qui révèlent des capacités de leader, peuvent prendre ces décisions eux-mêmes et les guider en conséquence.

La startup à l’origine de l’application photo et de la communauté créative VSCO valorise le leadership émergent et la transparence au sein de l’entreprise. Ses collaborateurs sont encouragés à penser et à prendre des décisions comme si l’entreprise leur appartenait, ce qui est en fait le cas. Selon Katy Shields, vice-présidente des ressources humaines chez VSCO, « plus les entreprises délèguent rapidement le pouvoir aux collaborateurs, plus elles parviennent à développer chez eux l’initiative de corriger leurs propres erreurs. Vos collaborateurs seront votre meilleur soutien, mais également vos détracteurs les plus virulents si vous n’accomplissez pas le travail d’équipe nécessaire. »

Quel intérêt les entreprises ont-elles à cultiver le leadership émergent ?

Sur le plan individuel, c’est la capacité d’initiative d’un salarié qui contribue à faire avancer les projets et à obtenir des résultats satisfaisants. Cela dit, sur un plan plus fondamental, le leadership émergent représente une source d’énergie renouvelable qui alimente l’efficacité et le développement de votre entreprise.

Il peut également s’agir d’un moyen d’éliminer une approche hiérarchique et descendante. Prenons l’exemple d’entreprises comme le site marchand de chaussures Zappos. Les dirigeants nommés à un poste officiel de gestion ou de supervision ont laissé la place à une gestion personnelle inhérente aux leaders émergents.

Par ailleurs, le leadership émergent s’appuie sur le consensus et non sur les ordres. Les équipes qui identifient naturellement leurs propres leaders prennent davantage part aux résultats que celles qui se voient imposer les décisions d’une personne nommée à ce poste.

Parmi les entreprises qui réussissent le mieux au monde, certaines ont misé sur des stratégies de recrutement qui ciblent le leadership émergent. Laszlo Bock, ancien vice-président senior des relations humaines chez Google, a souligné que cette qualité était particulièrement recherchée dans l’ensemble des équipes du géant de la technologie. Beth Comstock, ancienne responsable de l’innovation chez General Electric et à la NBC, a décrit cet aspect comme un facteur clé pour la réussite de l’entreprise.

Comment les responsables peuvent-ils encourager le leadership émergent ?

Les responsables qui acceptent que l’équipe soit centrale dans le processus de prise de décision créent un environnement favorable au développement naturel du leadership émergent. Attendre que les meilleurs leaders prennent naturellement leurs responsabilités peut toutefois éliminer d’office d’autres personnes qui se seraient montrées à la hauteur de la tâche : les introvertis.

Après tout, le leadership émergent a tendance à avantager les personnalités extraverties. Dans le journal Personality and Individual Differences, des chercheurs ont étudié ce phénomène parmi des étudiants en commerce. Ils ont découvert que « les introvertis surestiment souvent les émotions négatives qu’ils vont vivre, ce qui les pousse à s’y préparer davantage que les extravertis ».

En résumé : les introvertis seraient peut-être un atout majeur, voire prendraient plaisir à prendre ces situations en main, mais ils pensent que ce ne sera pas le cas. Avant d’effectuer une activité de groupe axée sur la résolution de problèmes, ces personnes sont en accord avec les affirmations suivantes : « Je vais ressentir de la peur, de l’inquiétude, du désarroi, de la frustration, de la nervosité. »

Malgré tout, ces angoisses ne sont pas nécessairement un frein au leadership. S’ils parviennent à prendre du recul, les introvertis peuvent réellement s’épanouir dans le rôle de leader naturel, à leur façon. Voici l’hypothèse de l’étude : « Si les introvertis développent des stratégies pour adopter un comportement plus favorable au leadership émergent, ils peuvent concurrencer les extravertis dans certaines situations sociales. »

Pour permettre cette situation, les responsables doivent créer une dynamique de leadership collaboratif au sein de leur équipe. Ils doivent agir comme des guides et des ressources plutôt que comme des commandants en chef face à leurs subordonnés. Pour donner aux membres les plus discrets de l’équipe les outils et la confiance nécessaires pour assumer un rôle de leader, il faut se concentrer sur leur potentiel et leur développement autant que sur les personnes qui s’imposent naturellement comme décisionnaires.

À la fin de cet épisode de Grey’s Anatomy, le nom de « Gunther » attribué au test prend tout son sens : le premier gagnant était un homme discret auquel personne ne prêtait vraiment attention et qui s’appelait Gunther. Toutes les entreprises gagneraient à prendre en compte leurs collaborateurs qui ressemblent à Gunther. Comme le démontre l’étude, la réserve naturelle des introvertis face au leadership émergent est « problématique », car dans de nombreuses situations, les spécificités d’une personne discrète peuvent être exactement ce dont on a besoin.

Rapports additionnels par Audra Williams

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Actualités

Slack et l’Aspen Institute collaborent pour aider d’anciens détenus à faire carrière dans les technologies

Une nouvelle initiative, Rework Reentry, va permettre d’étendre Next Chapter à de nouvelles entreprises à travers les États-Unis

Actualités

Next Chapter intègre désormais 14 entreprises

PayPal, Asana et Stash deviennent partenaires recruteurs

Actualités

Le documentaire « Home/Free » met en lumière les obstacles à la réinsertion des anciens détenus

Slack, Next Chapter, le fondateur de FREEAMERICA John Legend et l’Equal Justice Initiative joignent leurs forces dans un nouveau documentaire choc

Transformation

Comment éviter d’avoir des clients mécontents

Tenez vos engagements et améliorez votre service client en suivant ces trois conseils.