Actualités

L’état du travail en 2023

Une enquête internationale met en lumière les nombreux obstacles que les salariés doivent surmonter aujourd’hui en matière de productivité, et les mesures que les dirigeants peuvent prendre pour leur faciliter la tâche

Par l’équipe Slack23 juin 2023Illustration par Viet Huynh

Lorsque nous avons publié notre premier rapport sur l’état du travail en 2019, le principal défi auquel les entreprises faisaient face semblait simple : la coordination de tous les collaborateurs autour d’objectifs communs. Si la coordination des salariés reste un défi permanent, les périodes d’instabilité économique et les évolutions des outils de travail ont fait émerger une question bien plus urgente dans les esprits des dirigeants : Comment rendre l’entreprise plus productive ?

Pour répondre à cette question, Slack a commandé une enquête internationale qui explore la manière dont les entreprises gèrent les questions de la productivité, de l’automatisation et de la flexibilité aujourd’hui. Nous avons fait équipe avec Qualtrics pour interroger plus de 18 000 salariés, dans neuf pays et avec différents niveaux de responsabilité. Cette enquête a notamment permis de mettre au jour des méthodes de travail obsolètes, un manque de coordination entre salariés et dirigeants, ou encore des obstacles inattendus à la productivité.

Poursuivez votre lecture pour découvrir un aperçu de ces résultats en détail, et rendez-vous sur la page The State of Work pour télécharger le rapport complet.

Redéfinir la notion de productivité

La productivité est une notion ambiguë. Pour certains cadres dirigeants, elle implique une volonté de maximiser la production des collaborateurs pour augmenter le chiffre d’affaires. Mais pour une majorité de collaborateurs, cela entraîne une pression au travail, avec de longues soirées et des week-ends entiers passés à travailler. Dans ce contexte, les collaborateurs veulent montrer qu’ils travaillent dur au lieu de se concentrer sur les résultats obtenus.

Et c’est légitime. Notre enquête révèle que dans les faits, la productivité consiste davantage à maximiser les moyens (nombre de ressources utilisées, temps passé au travail, lignes de code écrites) plutôt qu’à maximiser les résultats (objectifs atteints et chiffre d’affaires généré).

  • 27 %

    des cadres mesurent la productivité en s’appuyant sur des métriques de visibilité et d’activité

  • 53 %

    des salariés ressentent une obligation de répondre rapidement aux messages, mêmes s’ils sont envoyés en dehors des heures de travail

  • 63 %

    s’efforcent d’apparaître en ligne et disponibles, même lorsqu’ils ne travaillent pas

D’après Prashanth Chandrasekar, directeur général de la plateforme Stack Overflow, les dirigeants devront adopter une approche plus fine et développer des métriques qui tiennent compte à la fois des moyens et des résultats. « N’importe qui peut manipuler une métrique unique », explique-t-il. « Vous devez donc envisager de combiner des indicateurs a posteriori et des indicateurs proactifs. Un indicateur a posteriori rend compte de ce qui s’est passé. Il permet de mesurer les événements après coup, et n’est pas particulièrement pertinent pris individuellement. À l’inverse, un indicateur proactif permet d’anticiper la progression de l’entreprise par rapport aux objectifs. »

Les avancées technologiques transforment la manière de travailler

L’IA et l’automatisation promettent depuis longtemps des gains d’efficacité, et sont aujourd’hui au cœur de toutes les discussions en raison des avancées majeures de ces derniers mois. Mais peu de salariés tirent réellement parti de ces innovations pour gagner en productivité.

  • 3,6

    heures sont économisées chaque semaine par ceux qui utilisent des automatisations au travail

  • 77 %

    déclarent que la capacité à automatiser des tâches répétitives leur permettrait d’améliorer fortement leur productivité

  • 27 %

    des employés déclarent utiliser l’IA aujourd’hui, et ils sont...

  • 90 %

    ...plus susceptibles d’améliorer leur productivité que ceux qui n’ont pas adopté l’IA

Bien que des innovations comme l’IA et l’automatisation suscitent l’intérêt des salariés, leur adoption dans les entreprises est à la traîne, et ces dernières pourraient payer cher leur manque de réactivité.

Photo de Lidiane Jones, Directrice générale de Slack

Nous avons déjà pu nous faire une idée de la manière dont l’IA générative (entraînée à l’aide de données publiques) peut booster la productivité au travail. Cette technologie atteindra son plein potentiel lorsque les outils IA des entreprises seront en mesure d’analyser les précieuses informations qu’elles ont accumulées en interne sur leurs clients, leurs collaborateurs et leurs projets, afin de prendre des décisions en conséquence.

Lidiane JonesDirectrice générale, Slack

La flexibilité sur les horaires de travail avant tout

À l’ère du travail hybride, les salariés souhaitent avant tout de la flexibilité. Alors qu’il est souvent question de flexibilité au travail dans le sens géographique du terme, plus de la moitié des salariés (52 %) déclarent que la flexibilité des horaires constitue l’un des principaux leviers de productivité. Pour autant, la solution à cette problématique ne consiste pas simplement à laisser les salariés choisir librement leurs horaires et leur lieu de travail. Il est essentiel de mettre en place des règles adaptées et pertinentes au travail. Est-il forcément nécessaire de venir travailler au bureau si tous vos coéquipiers sont à distance ? À l’inverse, y a-t-il certaines tâches qui seraient accomplies plus efficacement au bureau ?

  • 45 %

    des salariés considèrent que les réunions de réflexion sont plus efficaces au bureau

  • 71 %

    considèrent gagner en productivité lorsqu’ils adoptent les mêmes horaires que leurs collègues

  • 60 %

    considèrent qu’être au bureau en même temps que des collègues d’autres équipes améliore leur productivité

  • 28 %

    considèrent que le bureau se prête mieux aux tâches moins stratégiques, comme le traitement des e-mails

Il est aujourd’hui temps de dépasser les règles strictes mises en place lors de la crise sanitaire, et de réfléchir à la meilleure manière de faciliter le travail de demain. Chez Salesforce et Slack, nous avons mis en place les Maker Weeks, les discussions asynchrones, et des jours fixes où les collaborateurs doivent venir au bureau, en accord avec le reste de l’équipe.

« Chaque entreprise doit tester différentes options. Ces expériences doivent être collectives car le travail est collaboratif. Il ne s’agit pas de changer la manière dont une personne travaille, mais de transformer l’équipe », explique Leslie Perlow, professeure de leadership (chaire Konosuke Matsushita) au sein de l’unité d’étude du comportement en entreprise à la Harvard Business School.

Le bien-être des collaborateurs est bénéfique

Vous pensez qu’il n’y a aucun lien entre le bien-être des collaborateurs et la productivité ? D’après notre enquête, il existe un point commun entre tous ceux qui se considèrent plus productifs aujourd’hui qu’avant la crise sanitaire : ils sont plus satisfaits et motivés, et comprennent le rôle qu’ils jouent dans la stratégie globale de l’entreprise.

  • 82 %

    considèrent que le bien-être et la satisfaction au travail sont des leviers essentiels dans leur productivité

  • 22 %

    déclarent qu’une organisation trop chaotique au travail a des conséquences sur leur productivité

  • 67 %

    pensent que la mise en place de plages horaires strictes pour les déconnexions (par exemple après 18 h et le week-end) améliorerait leur productivité

Dans les faits, l’expérience collaborateur affecte de nombreux aspects, comme la fidélisation et la rétention, la culture d’entreprise, ou encore les performances des services. Pour améliorer efficacement l’expérience collaborateur, assurez-vous de mettre en place des outils adaptés et des avantages pertinents, qui encourageront les salariés à maximiser leur potentiel.

Et ensuite ?

L’approche moderne du travail a atteint un nouveau point d’inflexion. Si nous sommes nombreux à faire face aux incertitudes économiques et à des restrictions plus importantes, nous assistons également à l’accélération et à la montée en puissance de nouvelles technologies comme l’IA générative, l’automatisation low-code et no-code, ou encore les plateformes de productivité.

Pour tirer pleinement parti de ces nouvelles technologies, les équipes dirigeantes doivent mettre en pratique les enseignements tirés de ces quatre dernières années et adopter des règles qui facilitent une approche plus nuancée de la productivité.

Vous souhaitez repousser les limites de la productivité dans votre entreprise ? Téléchargez notre rapport sur l’état du travail en 2023 pour découvrir les bonnes pratiques et nos meilleurs conseils.

Infographie avec des statistiques sur le travail aujourd’hui, la productivité et l’adoption de l’automatisation

 

Notes de bas de page

  1. Slack a réalisé cette enquête mondiale générique en partenariat avec Qualtrics du 24 février au 21 mars 2023. L’échantillon total était de 18 149 employés de bureau et cadres de différents secteurs dans les pays suivants : États-Unis (3 115), Australie (2 034), France (2 039), Allemagne (2 032), Royaume-Uni (2 027), Inde (2 039), Singapour (1 341), Japon (1 658) et Corée du Sud (1 864).

Cet article vous a-t-il été utile ?

0/600

Parfait !

Merci beaucoup pour votre feedback !

Bien compris !

Merci pour vos commentaires.

Oups ! Nous rencontrons quelques difficultés. Veuillez réessayer plus tard.

Continuer la lecture

Actualités

Transformez les conversations en tâches avec les listes Slack

Découvrez la nouvelle fonctionnalité Slack qui vous permet de gérer les projets, tâches et demandes là où s’effectue le travail

Transformation

Découvrez le secret de la réussite client de Salesforce

Slack permet aux agents d’assistance d’accélérer la collaboration et le partage des connaissances

Collaboration

Quels sont les outils de transformation digitale ? | Slack

Choisissez les bons outils pour rendre votre entreprise plus efficace et rentable, aujourd’hui et à l’avenir.

Transformation

La pollution numérique : définition, enjeux et moyens de lutte

Comment limiter son empreinte numérique au travail ? Il faut d'abord en identifier les sources afin d'agir efficacement.